Archives de l’auteur : Penpeg

La Bontà immaginaria

Amis2_small

amitiés / i tuoi amici

amis2_bis

Jacques Fillion, Jean-Luc Bourgeois, Dominique Comtat, Laura Franceschini, Edith Kleiber et Marie, Adriano Ensini, papillon, Rosaria Faccini.

Amicititre
ogni amico in più è un problema in più.
l’amica/o è la quiete ma anche la fine della pace.
continua delusione perché non ti capisce neanche lui, lei. loro.
o non la capisci tu, neanche tu.
si nun so’ matti non so’ amici mia.
gli amici sono un bel pensiero.
una preoccupazione, perché poi l’amico sta male
o è triste, disoccupato o soffre per amore
è malato o peggio ti tradisce, muore,
l’amica toglie la luce triste dalle cose dal mondo dalla vita.
permette di star da soli senza soffrire di solitudine.
l’amico è cittadino con te dell’immenso circuito
di simili sparsi pel mondo
movimento agrodolce-sovversivo a migliorare genti e pianeta.
una consolazione.
amico che ti avverte t’informa t’insegna
chi ti dice quanto ha da dire di fronte non alle spalle
chi non adopera per definirti le stesse parole
che un gendarme uno psichiatra o il capufficio.
etcetera

Andrea_Raffaella2
chaque ami en plus est un problème en plus.
l’amitié est la quiétude mais aussi la fin de la paix.
continuelle déception parce qu’il ne te comprend pas lui non plus, ni elle, ni eux.
ou toi non plus ne le comprends.
s’ils ne sont pas fous, ce ne sont pas mes amis.
les amis sont un beau souci.
une préoccupation, parce qu’après l’ami n’est pas bien
ou il est triste, au chômage ou souffre de chagrin d’amour
il est malade ou pire il te trahit, il meurt.
l’amie ôte la lumière triste de sur les choses le monde la vie.
elle permet d’être seuls sans souffrir de solitude.

En haut, Raffaella Spagna et Andrea Caretto. En bas, Véronique Goël et Cléo Pace photographiées par Leo.


l’ami est avec toi citoyen de l’immense circuit
de tes semblables dispersés par le monde
mouvement aigre-doux/subversif pour rendre meilleurs les gens et la planète
une consolation.
ami qui t’avertit t’informe t’enseigne
qui te dit ce qu’il a à te dire de face non dans ton dos
qui n’use pas pour te définir des mêmes mots
qu’un gendarme un psychiatre ou le chef de bureau.
etc.

*Texte de Leo dans le film oggidunque, réalisé par Angiola Janigro &
Laura Franceschini, 2004.

la mounine…

Dans ce film, La Mounine, ou note après coup sur un ciel de provence (1997) (d’après le texte de Francis Ponge publié dans La rage
de l’expression
), la réalisatrice, Aline Horisberger, a demandé à Leo de faire un collage, et puis aussi de lire certaines pages du texte
de Ponge. Leo a également réalisé le générique du film.
Ce sont ces scènes que vous pouvez voir ici :

*Nous remercions Aline de nous avoir envoyé une copie VHS de son film 16mm et de nous avoir autorisée à en extraire les séquences
qui concernent Leo.

a zonzo : i soggetti del pittore

A Zonzo. I soggetti del pittore
(nem & imagie, 2010, vidéo 60’36”), Frans Van der Staak, Dominique Comtat, Edith Kleiber, Marie Carbajosa, Arnold Schmidt, Romand Schmidt, Jean-Luc Bourgeois, Laura Franceschini, Rosaria Faccini, Catia Bandinelli, Mario Monteforte…

à l’attention de Leo
Après la vision de A Zonzo,…
j’ai la certitude d’avoir visionné des visions, des apparitions, des « en couleurs » et des estompées, des « en voies d’oublis », des mélancolies, des nostalgies de pastels et aussi des floues plus trompeuses qu’une mémoire fixe.
Mais pour l’instant, nous sommes aux antipodes des photos jaunies et de ces inconnus à gilet, montre à chaîne, canotiers de paille, devenus des anonymes et qui pourtant forment le cercle fantomatique de ce qui fût notre famille. Les légendes elles-mêmes inscrites au dos des photographies à l’encre violette se brouillent et chacun des protagonistes est effectivement devenu muet comme une tombe.
Ballades impromptues dans un livre d’images, chacune constitue le marque-page d’une vie en discontinu qui s’effeuille de reposoir en reposoir. Les premières séquences incisives et rapides comme une construction de sonnet participent d’une versification qui nous échappe, leur rigueur relève d’un charme, celui du temps suspendu.
lire la suite…

Lapin3

Il Punto di vista della lepre

DenHaag

Critique parue dans « Den Haag » à l’occasion de la projection du film de Leo au Festival international de vidéo de La Haye en 1989.

Il Punto di vista della lepre
(1989, vidéo 16’40”)

Il Punto di vista della lepre a été pensé et réalisé dans les quatre langues qui sont
parlées en Suisse. Le films est construit avec une méthode peut-être plus proche
de la peinture ou de l’écriture que du cinéma ou de la vidéo. Les thèmes abordés
sont le corp, les idées, la sagesse, l’esclavage…

Les collages de Mingrone [traduction de l'article paru dans Den Haag] :

Leo Mingrone, réalisateur de Il punto di vista…, a commencé sa carrière comme peintre, influence qui est perceptible tant dans la forme que dans les contenus de son œuvre. Mingrone a une préférence évidente pour le collage, mais n’aime pas la texture des matériaux utilisés dans les collages traditionnels. Aussi les élabore-t-il d’abord sur du papier pour ensuite les transférer méticuleusement à la tempera sur la toile.
Au cours des années 1970, des amis de Mingrone venant de la scène underground italienne (dont Tonino De Bernardi primé au World Wide Video Festival) ont commencé à travailler avec la vidéo.
Par hasard le réalisateur suisse (sic) a découvert une caméra vidéo chez un ami. Mais son usage du caméscope s’apparente davantage à de l’artisanat, si l’on en juge par ses remarques. Il a ainsi appliqué le principe du collage mentionné plus haut à Il punto di vista, en associant morceaux de films 8 mm, textes et dessins. Mingrone ne souhaite absolument pas être identifié à un medium ou à un style. Pour lui, le collage est clairement une méthode mais pas une règle – ce que souligne sa remarque que, peut-être, un jour, il fera un film traditionnel. H.K.

abseits_small

Abseits

abseits_small

Fiche descriptive du film.

Abseits
(1978, 35 mm 8’)

Malgré le peu d’éléments en notre possession, je vais tenter de dire ce dont traite ce film.
La traduction du titre en français est « à l’écart ». C’est donc à partir de cette notion que Leo construit son propos et tisse des liens – donc fait sens – en mettant en regard divers éléments (littéraires, musicaux, historiques…) à
travers les siècles. Ainsi compose-t-il son essai. Partant d’un poème de Goethe, Harzreise im Winter, où dans un vers il est écrit « Aber abseits, wer ist’s? » (À l’écart, qui va là?), Peter Handke répond dans Kaspar « Niemand steht Abseits… ». En 1869, Brahms reprend le texte de Goethe pour sa
Rhapsodie pour alto Op. 53. En 1950, « Frei », le lieder de K.H. Stockhausen (dans ce doux lieu des jeunes morts…), est la quatrième voix, plus affirmée. Ensuite, et afin d’éviter tout malentendu, trois lignes de Brecht sont lues, puis une image : celle des troupes nazies occupant la Karl-Liebknecht-Haus.
Enfin, 1976, l’événement culminant de la notion « à l’écart » qu’a voulu traiter Leo : un jeune Somalien est retrouvé mort d’inanition sur une traverse
de la gare centrale de Rome.
À l’écart…

 

Mille3

Mille Mots

Mille_texte3

Fiche technique de « Mille mots ».

Mille Mots
(1973, 16 mm 40’, N&B).

Richard Roud à propos de Mille mots

« La disparition progressive du genre “cinéma-vérité” compte parmi les aspects les plus marquants de l’évolution des dernières années. Les réalisateurs en arrivent de plus en plus à considérer la vérité en surface non seulement come insignifiante mais comme… non véridique, et à penser que les méthodes du cinéma-“fiction” peuvent également reproduire clairement et sérieusement un thème documentaire.
Mingrone y est parvenu dans Mille mots. Le texte de ce film se rapporte en effet au personnage principal, mais de nombreuses heures d’enregistrement ont été triées, condensées et transposées en vue de créer, à partir de ces souvenirs enregistrés, une œuvre d’art de par sa forme.
Cette forme revêt la même importance que le thème lui-même. L’angle de la caméra sous lequel une personne est vue nous en dit plus sur elle que la personne elle-même. La structure de Mille mots l’ordonnance des plans, les mouvements de la caméra transmettent ensemble un message beaucoup plus intense et plus significatif que le film documentaire “direct”.
Cette technique n’efface-t-elle pas les différences traditionnelles entre la vérité et la fiction ? En effet, et c’est son mérite. On hésite à employer le terme de “vérité surélevée”, mais toujours l’art et la littérature on recherché ce but : trouver non seulement une vraisemblance mais exprimer la signification
profonde de la vie. Flaubert y est parvenu dans Un cœur simple et Mingrone
dans Mille mots. »

En un mot, comme en mille, si vous voulez en savoir plus sur ce film de Leo, lisez les critiques reproduites ci-dessous, et regardez les photos de tournage.

leo_carre

Primavera segreta…

Primavera_small

Fiche technique du film écrite de la main de Leo.

Primavera segreta ou 1971 a été tourné en 16 mm couleur.
La fiche technique est la suivante:

Scénario et mise en scène : Leo M. Mingrone
Image : Renato Berta, Sandro Bernardoni
Son : Luc Yersin
Montage : Danièle Hullet, Jean-Marie Straub
Script : Ombretta Bobbia
Production : Sebastian Schadhauser
Interprétation : Carlo Montesi, Gianni Toti, Laura Betti, Gabriele Soncini,
Maria Pia Marcelli.

Le Paese sera écrivait en avril 1971 : « 1971, tel est le titre d’un court métrage de Leo Mingroni (sic) qui a pour cadre Rome et ses environs – une œuvre existentielle à la tonalité anti-bourgeoise très agressive – et dont les interprètes sont Laura Betti, les écrivains Gianni Toti et Ennio Lauricella. Des applaudissements ont salué la première projection de ce film qui a eu lieu hier soir en présence de nombreux acteurs et écrivains. »