Archives pour la catégorie Art

La Bontà immaginaria

p34_cube

per antonella

Cet album a été créé et dessiné par Leo pour sa nièce, Antonella, en 1976. Elle a eu la gentillesse de m’en envoyer une copie pour que je puisse l’intégrer à ce site et que vous aussi vous puissiez en apprécier la poésie et l’humour.

autres œuvres

Voici d’autres grands dessins et peintures que Leo a gardés dans ses cartons à dessin.
Et puis, je tenais à partager avec vous ce qu’un artiste, qui ne connaissait pas Leo, a ressenti et écrit
après avoir pris connaissance de son travail sur ce site.

« Ce ne seront ici que mes impressions, imparfaites, partiales, devant les œuvres qu’il faut appréhender de manière globale,
puisqu’il y a, chez Leo Mingrone, quelque chose qui fonctionne comme un tout.

Pourquoi un artiste fait-il ce qu’il fait ?
Comment la vie même, prenant des chemins de traverse, se retrouve
si étroitement intriquée à la fin dans ce qui nous est donné à voir?
Il me semble qu’on ne peut ici dissocier les choses.
Rien n’a moins d’importance qu’une autre chose, et il est difficile d’établir une hiérarchie.
En tant qu’artiste on travaille quotidiennement sans doute avec l’idée de la mort, bien que cela ne soit dit.
On ne le fait pas pour laisser une trace, mais plutôt mille traces, on ne fait pas ce que l’on fait
parce que c’est sympathique ou drôle, on le fait parce qu’on ne peut pas faire autrement.
Cela s’impose »
lire la suite…

 

Carte2

avant photoshop

Disegno5b

Technique mixte, 10,5 x 15 cm.

Très tôt, Leo a utilisé le format 10 x 15 cm, celui d’une carte. Peut-être était-ce celui qui convenait le mieux à sa forme de créativité et à son mode d’expression? Mais surtout, ce format permettait d’envoyer ces dessins et collages à ses amis. Et parfois aussi ces petits dessins, collages et tempera pouvaient être utilisés par Leo comme esquisses pour de grands formats, ou être insérés dans les fenêtres d’anciens albums de photos de famille.
Et puis existent également de plus petits dessins, ceux des petits carnets. Voici des exemples de tout cela :

ribella

petites phrases

logoleo3Leo aimait beaucoup, comme nombre d’entre nous d’ailleurs, copier des phrases de ses auteurs préférés ou reprendre des graffitis vus dans les villes où il passait. Il en faisait des cartes ou les copiaient sur l’ardoise de la salle-de-bain. En voici quelques-unes des plus intéressantes.

expositions

affiche_87_small

Affiche de l’exposition que Leo a faite à Lausanne en 1987.

Leo a fait plusieurs expositions de ses travaux, à Rome (1966 et 1985)
et à Lausanne (1979, 1984 et 1987).
1966 – Via delle Quatttro Fontane, Rome.
1979 – Galerie Uniart, Lausanne (organisée par M.Viguet).
1981 – Méliès, Montréal.
1984 – Rinascita, Lausanne (organisée par la Colonie libre italienne).
1985 – Hermès, Rome (organisée par L. Franceschini).
1985 – Italianisches Kulturinstitut, Munich.
1987 – Galerie France, Lausanne (organisée par M. Viguet).

Pour celles et ceux qui lisent l’italien, voici un long article sur une exposition personnelle de Leo, Via delle Quattro Fontane, en 1966.

Articolazione espressionista :
la pittura di Leo Max Mingrone,

Antonio Marasco, in Vivere, gennaio 1966.

Il giovane pittore Leo Max Mingrone è un poetico interprete della «pittura oggettiva» e,
a giudicare dalla sua intensa attività, le sue opere risentono di un costante ritmo ricco di
essenzialità, di semplificazione, di organicità strutturale che allontanandosi dall’angustia
del descrittivismo s’inserisce nella trafigurazione con l’apporto d’immagini, di risonanze
cromatiche, e talvolta di una celebrativa cosmonogia (cf. Crocifissione e Apparizione mistica).
Il pittore, a differenza di molti altri coetani, rientra nelle linee figurative con un atto di coraggio, comunque voglia considerarsi l’efficienza e la validità del suo orientamento.
lire la suite…

Dali_a_Lorca_s

montages, collages, cartes

56_small2

Métamorphose du chiffre 5 en 6. Leo pensait qu’il mourait à 56 ans. Il est mort à 65!

Depuis qu’il avait découvert Photoshop et les infinies possibilités qu’offrait ce logiciel, Leo s’attachait à en explorer l’éventail graphique et les combinaisons de couleurs qu’il rendait possibles. Il travaillait soit à partir d’images existantes, le plus souvent les siennes, qu’il scannait, découpait et recollait en les disposant avec d’autres ou les superposant, ou à découvrir tout ce que permettait des outils tels que « saturation », etc. Étant donné son goût et sa patience, il a réussi à fabriquer de belles images, et notamment des cartes.

Lettera_small

œuvres sur papier

leo_bast

Leo s’éveillant de sa sieste sous l’un de ses dessins.

Leo travaillait essentiellement sur du papier, soit à la mine de plomb soit avec des crayons de couleurs ou de la tempera. Mais il mélangeait aussi les techniques, par exemple collage et tempera. Et puis il a aussi décoré de la porcelaine. Mais il y a longtemps, c’était au début des années 1970. Voici quelques-uns de ses travaux.

02_2011

journal de bord 2010 et 2011

Sori—10

Détail de la page de garde du Journal de bord 2010.

 

À l’automne 2010, pour garder une trace de ce quatrième séjour à Sori, Leo a créé un « Journal de bord » des
vacances. Sont reoproduites ici toutes les pages de ce journal en forme de leporello.

En 2011 à nouveau, Leo a fait un « Journal de bord » de ces vacances à Sori.
Il est également reproduit ici en totalité.
Et puis, après l’été 2012, il était déjà trop faible pour envisager de faire celui de cet été là. Ce furent ses dernières vacances avec nous. Mais nous gardons précieusement ces souvenirs.