Archives pour la catégorie La Vie

Poche_leo_small

oggidunque

Ce film, réalisé par Angiola Janigro et dont Leo est le sujet, est une approche indirecte de Leo comme artiste. Le film souligne la façon qu’a Leo de faire de chacun de ses gestes les plus banals une manifestation de son art. Ils sont toujours ceux par lesquels l’artiste en lui s’exprime.

Il film è il ritratto di un artista visivo di cui si vuole cogliere l’operare in uno spazio sospeso tra il segno e il vivere.

 

 

Eno_small

la musique

« Sans la musique la vie serait une erreur, une fatigue, un exil. »
Friedrich Nietzsche

musica

« Malentendus de la musique US : Ellington mieux que Gershwin (que pourtant tous s’accordent à trouver ‘joli’) – et Frank Zappa meilleur que Philip Glass, dont on chante pourtant les louanges. »

La musique occupait une place très importante dans la vie de Leo. Il en écoutait chaque jour et ne pouvait vivre sans. Qu’il s’agisse de musique classique, de musique contemporaine, des chansons, plus rarement du jazz. Encore qu’il appréciait certains musiciens de jazz.
Il n’est pas facile de représenter cette aspect de la vie de Leo, je peux seulement citer quelques musiciens.

Brigitte Fontaine / Frank Zappa / Gianna Nannini / Bob Dylan / Karlheinz Stockhausen / Gérard Grisey / Loredana Berté / Frabrizio De André / David Bowie / Lucio Battisti / Johann Sebastian Bach / David Byrne / Brian Eno / Luigi Tenco / Johannes Brahms / Léo Ferré…

leo_romi

famille, cousin, cousine

Leo et sa cousine Romi.

Leo était le plus jeune enfant de la famille Mingrone. Le précédaient un demi-frère, Antonio, et ses deux sœurs, Annamaria et Gianna. Son père, Antonio, était d’origine calabraise. Il y a quelques années, Arnold, Leo et aussi Gianna avaient fait un voyage en Calabre. Ils étaient allés à Sibari, ville dont le style de vie aurait donné naissance au nom et adjectif « sybarite », qui qualifient une personne vivant dans la recherche perpétuelle du plaisir et du raffinement. Cela séduisait beaucoup Leo.

arbre_hiver_small

l’avenir…

arbres3

« Que ceux que j’aime ne meurent jamais. »

Cosa ti aspetti dal futuro?
Esser sano e non aver miseria. Che il Vaticano lasci Roma, sia reso itinerante
e solo in piccoli centri. L’esperanto (in memoria di Anna Gaggio). Amicizia
solo buona. Amore. Amore fisico. Che quest’amore si rinnovi non invecchi.
Yankees, go home and stay. Capire ancora e meglio. Veder sortire dai musei tutte
le baggianate che galleristi sponsor e banche vi hanno stipato in quest’ultimi trent’anni. Che il cinema torni un’ arte. Che la bestia umana taccia per un po’ e
si alzino i toni del discorso e del vivere. Che coloro che amo non muoiano mai. Vedere i due film di Bunuel che ancora non ho visto. Incontrare gente con chi
poter fare e dire davvero senza veli armonia creatività movimento. Il mio mestiere dell’arte. Fare un film col Duo di Piadena e la Loredana Bertè. Che si chiu-
dano le prigioni e la pena diventi quella di fare i lavori schifo e disumani.

Qu’est-ce que tu attends de l’avenir ?
Être en bonne santé et ne pas connaître le malheur. Que le Vatican quitte Rome,
qu’il devienne itinérant et que seules les petites bourgades l’accueille. L’esperanto (en
mémoire à Anna Gaggio). L’amitié,  uniquement la bonne. L’amour. L’amour physique.
Que cet amour se renouvelle ne vieillisse pas.
Yankees, go home and stay. Compren-
dre davantage et mieux. Voir bannies des musées toutes les horreurs
que galeristes,
sponsors et banques y ont entassées ces trente dernières années.
Que le cinéma
redevienne un art. Que la bête humaine se taise un peu et
qu’en revanche s’élèvent
les voix du discours et de la vie. Que ceux que j’aime ne
meurent jamais. Voir deux
films de Buñuel que je n’ai pas encore vus. Rencontrer
des personnes avec lesquelles
il est possible de faire et dire sans voile, harmonie créativité mouvement. Pratiquer l’art, mon métier.
Faire un film avec le Duo di Piadena et Loredana Bertè. Que l’on ferme les prisons et que la peine soit commuée en travaux les plus répugnants et
les plus inhumains.

Texte écrit par Leo pour le film réalisé par Angiola Janigro et Laura Franceschini en 2004 que vous pouvez regarder en cliquant sur le titre : oggidunque.

arbre_hiver2010

Cet arbre, un chêne, se trouvait dans le pré, près de l’atelier de Leo.
Il était magnifique et les chevaux appréciaient beaucoup son ombre l’été et sa protection l’hiver. L’âge et le mistral ont eu raison de lui.
Sa chute est survenue en janvier, quelques mois après que Leo nous a quitté.

 

fleur

La Chapellière

56_small2

« I luoghi che attraversiamo sono archelogie di una memoria,
desideri sconosciuti, ricordi proibiti d’un mondo scomparso… »
Pietro Marcello, La boca del lupo.

La Chapellière, la maison où Arnold et Leo ont vécu ensemble pendant plusieurs années, est le lieu où Leo a pu découvrir le plaisir de prendre soin d’un jardin, de planter et de voir pousser les légumes et les fleurs. Leo aimait particulièrement les fleurs bleues. Je n’ai jamais su si cette préférence avait un lien avec le livre de Raymond Queneau ou si simplement les fleurs bleues avaient pour lui une beauté particulière. La maison à aménager et à décorer a aussi été un grand plaisir. À Arnold les aspects plus techniques, de chauffage, de plomberie – c’était lui l’ingénieur –, à Leo, tout ce qui concernait la décoration, les couleurs, là où s’exerçaient son goût et ses choix esthétiques. La Chapellière est ainsi devenu un lieu où les amis étaient toujours les bienvenus et où les chiens ont aussi eu leur place : d’abord Tamalay, puis Brina, la chienne la plus attachante et névrotique qui soit (mais son histoire n’y était pas pour rien), et enfin, après que l’un et l’autre s’en sont allés courir au paradis des chiens, il y a eu Fango. C’est tout cela et bien d’autres choses La Chapellière, tous les moments que nous y avons vécus en compagnie d’Arnold, de Leo, de Tamalay, de Brina…, et maintenant de Fango, et des ami(es) qui y passaient un moment. Arnold et Fango vivent toujours là et, par fidélité et par amitié pour Leo, il faut que nous continuions à aller à La Chapellière et, par notre présence, que nous y apportions notre joie de vivre.
Toutes les photos sont de Leo.