La Chapellière

56_small2

« I luoghi che attraversiamo sono archelogie di una memoria,
desideri sconosciuti, ricordi proibiti d’un mondo scomparso… »
Pietro Marcello, La boca del lupo.

La Chapellière, la maison où Arnold et Leo ont vécu ensemble pendant plusieurs années, est le lieu où Leo a pu découvrir le plaisir de prendre soin d’un jardin, de planter et de voir pousser les légumes et les fleurs. Leo aimait particulièrement les fleurs bleues. Je n’ai jamais su si cette préférence avait un lien avec le livre de Raymond Queneau ou si simplement les fleurs bleues avaient pour lui une beauté particulière. La maison à aménager et à décorer a aussi été un grand plaisir. À Arnold les aspects plus techniques, de chauffage, de plomberie – c’était lui l’ingénieur –, à Leo, tout ce qui concernait la décoration, les couleurs, là où s’exerçaient son goût et ses choix esthétiques. La Chapellière est ainsi devenu un lieu où les amis étaient toujours les bienvenus et où les chiens ont aussi eu leur place : d’abord Tamalay, puis Brina, la chienne la plus attachante et névrotique qui soit (mais son histoire n’y était pas pour rien), et enfin, après que l’un et l’autre s’en sont allés courir au paradis des chiens, il y a eu Fango. C’est tout cela et bien d’autres choses La Chapellière, tous les moments que nous y avons vécus en compagnie d’Arnold, de Leo, de Tamalay, de Brina…, et maintenant de Fango, et des ami(es) qui y passaient un moment. Arnold et Fango vivent toujours là et, par fidélité et par amitié pour Leo, il faut que nous continuions à aller à La Chapellière et, par notre présence, que nous y apportions notre joie de vivre.
Toutes les photos sont de Leo.