Il Punto di vista della lepre

DenHaag

Critique parue dans « Den Haag » à l’occasion de la projection du film de Leo au Festival international de vidéo de La Haye en 1989.

Il Punto di vista della lepre
(1989, vidéo 16’40”)

Il Punto di vista della lepre a été pensé et réalisé dans les quatre langues qui sont
parlées en Suisse. Le films est construit avec une méthode peut-être plus proche
de la peinture ou de l’écriture que du cinéma ou de la vidéo. Les thèmes abordés
sont le corp, les idées, la sagesse, l’esclavage…

Les collages de Mingrone [traduction de l'article paru dans Den Haag] :

Leo Mingrone, réalisateur de Il punto di vista…, a commencé sa carrière comme peintre, influence qui est perceptible tant dans la forme que dans les contenus de son œuvre. Mingrone a une préférence évidente pour le collage, mais n’aime pas la texture des matériaux utilisés dans les collages traditionnels. Aussi les élabore-t-il d’abord sur du papier pour ensuite les transférer méticuleusement à la tempera sur la toile.
Au cours des années 1970, des amis de Mingrone venant de la scène underground italienne (dont Tonino De Bernardi primé au World Wide Video Festival) ont commencé à travailler avec la vidéo.
Par hasard le réalisateur suisse (sic) a découvert une caméra vidéo chez un ami. Mais son usage du caméscope s’apparente davantage à de l’artisanat, si l’on en juge par ses remarques. Il a ainsi appliqué le principe du collage mentionné plus haut à Il punto di vista, en associant morceaux de films 8 mm, textes et dessins. Mingrone ne souhaite absolument pas être identifié à un medium ou à un style. Pour lui, le collage est clairement une méthode mais pas une règle – ce que souligne sa remarque que, peut-être, un jour, il fera un film traditionnel. H.K.